Menu
Page Facebook du Chanteur Moderne Twitter du Chanteur Moderne
Inscription newsletter
Contactez nous

Comparons ce qui est comparable !

Depuis un certain temps, je vois de plus en plus de messages qui prétendent montrer l'appauvrissement de la musique actuelle comparée à celle du temps de nos parents / grands-parents / cette dame joufflue qui tenait la confiserie dans le temps - mais si tu t'en souviens / mozart etc.

Je n'enlève rien au droit de ces auteurs d'avoir leur avis sur la question, mais ce qui me déplait dans ces articles est la tentative à peine masquée de nous faire gober quelque chose d'autre que ce qui a été démontré par l'article.

Je m'explique : les articles dont je parle prennent souvent la forme de deux extraits de texte de chanson, côte à côte, le premier d'il y a un certain temps (souvent les années 70) et le deuxième de nos jours - voici un exemple qui tourne pas mal en ce moment :

Led Zeplin (1974)
If the sun refused to shine, I would still be loving you.
When mountains crumble to the sea, there will still be you and me.
Kind woman I give you my all, kind woman, nothing more.

Nicki minaj (2012)
You a stupid hoe, you a, you a stupid hoe, you a stupid hoe, you a stupid hoe, you a stupid hoe (yeah).

Un autre exemple très connu compare le texte de Bohemian Rhapsody de Queen au texte de Who Run the World de Beyoncé.

Voilà la preuve, nous dit l'auteur fièrement, de l'appauvrissement musical que nous traversons... (Certains articles très douteux essayent même de faire croire que par PNL les messages simplistes et négatifs de la musique actuelle seraient nocifs pour nos jeunes... Qu'est-ce que vous avez ? Vous ne voulez pas protéger les enfants ? Vous êtes des monstres !)

Certes, en regardant ces exemples à première vue, on constate que la chanson la plus vielle a un texte plus riche que celui de la plus récente.  Ce n'est pas ça qui me dérange en soi - c'est assez clairement démontré par la juxtaposition des deux textes - ce qui me dérange est la tentative de nous faire croire que cela prouve que la musique s'appauvrit avec le temps - ce qui est entièrement autre chose.

Tout ce qui est prouvé par ces montages qui font le tour de facebook et cie est qu'une chanson, choisie exprès pour la richesse de son texte a un texte plus riche qu'une chanson choisie exprès pour la pauvreté du sien. Les dates n'ont rien à voir là-dedans et l'auteur ne compare même pas deux styles comparables. L'équation démontrée par ces articles (et propagée par ceux qui les partagent en bonne foi, sans réfléchir) est la suivante :

Chanson riche a (de l'époque x) est plus riche que Chanson pauvre b (de l'époque y).

Nulle part on ne voit de preuve qui soutiendrait :

Toutes les chansons d'époque x sont plus riches que toutes les chansons d'époque y

Simplement : chanson riche choisie pour sa richesse = plus riche que chanson pauvre choisie pour sa pauvreté - et ben, c'est étonnant ! Tu m'en bouches un coin monsieur l'auteur !

Ceci s'appelle un sophisme - un argument défaillant qui masque parfois une tentative de manipuler celui qui l'entend. En l'occurrence ici on a affaire à un sophisme de composition ce qui veut dire simplement : prétendre que ce qui est vrai pour un composant ou une partie d'un tout doit aussi l'être pour toutes les autres parties. (par exemple - mon voisin de palier est Réunionnais et travaille à la poste - j'en déduis que tous les Réunionnais sont facteurs)

En reprenant l'exemple de Led Zep contre Nicki Minaj, on démontre ce qui suit :

un composant du groupe a ('les chansons de 1974') est plus riche qu'un compsant du groupe b ('les chansons de 2012')

MAIS on tente de nous faire croire qu'en réalité ce que l'on a démontré est :

toutes les parties du groupe A sont plus riches que toutes les parties du groupe B

Ce qui semblerait bien soutenir la proposition de base de l'auteur qui qui est 'la musique s'appauvrit avec le temps' (en fait, même dans le cas où l'auteur avait réussi à prouver que groupe a était plus riche que groupe b ça ne prouverait toujours pas sa proposition)

Ce qui n'est manifestement pas le cas et on pourrait certainement trouver des contre exemples assez facilement (des Réunionnais qui bossent dans la restauration ou qui sont expert comptable, ou encore des facteurs de Chartres...) - tenez, en voici un - qui lui non plus ne prouve rien ;-) mais qui me fait marrer :

Ringo Starr (1974)
oh my my, oh my my, can you boogie, can you slide?
Oh my my, oh my my, you can boogie if you try.
Oh my my, oh my my, it's guaranteed to keep you alive.

Gavin degraw (2012)
If you ask me how I'm doing
I would say I'm doing just fine
I would lie and say that you're not on my mind
But I go out and I sit down at a table set for two
And finally I'm forced to face the truth,
No matter what I say I'm not over you, not over you

Est-ce que je viens de prouver que la musique des années 70 est plus pauvre que celle de 2012 ? Bien sûr que non ! J'ai comparé deux chansons que j'ai choisies exprès pour soutenir ma fausse contre-proposition et j'ai eu le résultat que j'avais décidé d'avoir avant même de chercher sur google. Ce ne sont pas des preuves et cette façon de 'soutenir' ses arguments n'est pas valable en tant que 'preuve'.

Je n'ai pas vraiment de conclusion à cet article - je pense qu'il s'agit simplement un appel à la raison - comparons ce qui est comparable et arrêtons de manipuler les données pour 'prouver' ce qui nous arrange (et arrêtons accessoirement de partager des trucs qui nous semblent 'profonds' sur facebook sans réfléchir un instant pour voir si on est vraiment d'accord avec la proposition de base - je ne peux plus compter combien j'ai reçu de proverbes indiens sur fond de coucher de soleil ou de lettre de Brad Pitt à sa femme - pour me dire comment penser et comment vivre ma vie correctement !)

Mon avis (et je précise bien que c'est juste mon avis au risque d'être coupable d'un sophisme moi même) : La musique va très bien de nos jours, tout comme en 1974.