Menu
Page Facebook du Chanteur Moderne Twitter du Chanteur Moderne
Inscription newsletter
Contactez nous

Les priorités et le droit de dire "non" !

Définir ses priorités est essentiel dans la vie en général - mais spécialement lorsqu'on a l'impression d'être coincé ou de ne pas avancer au niveau de la technique vocale.

Beaucoup de chanteurs me disent 'je n'ai pas le temps de travailler' ou 'je veux le faire, mais j'ai l'impression de toujours devoir courir d'un endroit à un autre'.

Je propose souvent un changement de vocabulaire dans ces cas là - plutôt que de dire 'je n'ai pas le temps de (x)’ on dira ‘(x) n'est pas une priorité pour moi' - ce petit changement de vocabulaire si anodin est pourtant dur parce que ça transforme 'je n'ai pas le temps de faire mes inhalations le matin' en 'ma santé vocale n'est pas un priorité pour moi' - aïe !

En réalité, nous avons tous la même quantité de temps chaque jour - c'est une des rares choses qui sont parfaitement équitables dans la vie - tout le monde dispose de 24 heures par jour, puis le lendemain pareil et ainsi de suite jusqu’à ne plus avoir de temps du tout! Dire 'je n'ai pas assez de temps' n'est donc pas tout a fait correcte puisque ça implique qu'on en a moins que les autres, ce qui n'est pas vrai. Ce qui diffère est la manière dont chacun choisit d'investir les 24 heures qui lui sont accordées.

Je rencontre pas mal de résistance lorsque je tiens ce discours parce que chacun est persuadé que c'est certainement vrai pour les autres mais 'pas pour moi! Moi je n'ai pas le choix de faire autrement!' - mais en réalité si. Nos priorités informent nos choix - on choisit de travailler parce qu'on a des obligations financières par exemple, ou on choisit de jouer dans la pièce de théâtre d'un ami parce que c'est important pour nous de le soutenir dans son projet. Personne ne nous oblige à faire quoi que ce soit et si le résultat d'une 'obligation' n'est pas prioritaire pour nous, on peut parfaitement choisir de dire 'non' (cas extrême - mais si avoir un domicile fixe n'est pas prioritaire pour nous, on peut très bien arrêter de choisir de payer son loyer). Evidemment pour les besoins de base, il est peu probable qu'on choisisse d'arrêter puisque ces choses là sont prioritaires pour tout le monde, mais lorsqu'il s'agit de choses plus libres - comme travailler sa voix, ou aller au cinéma, suivre des cours de cuisine ou regarder netflix pendant sept heures d’affilé, on a tous le choix.

Pourtant je rencontre énormément de chanteurs épuisés qui me disent ‘j’ai besoin d’aide parce que je me fatigue vocalement’ et poursuivent avec 'par contre, je n'ai pas le temps de travailler ma voix parce que je joue dans 4 formations, je donne des cours et le soir je chante dans un piano bar'? Quand on met les deux phrases côte à côte, on entend la fatigue et l'épuisement de la personne (et on s'y reconnaît un peu aussi peut-être) et tout le monde accepte que c'est normal, que ce sont juste les aléas de la vie qui font ça. Pourtant si on change les phrases en 'j'utilise énormément ma voix, mais je ne la travaille pas parce que ma santé vocale ne m’est pas prioritaire' on se rend compte que c'est absurde. Alors pourquoi on est autant à être dans ce cas?

Je crois qu'on ne réfléchit pas en termes de priorités - pas suffisamment en tout cas. On devrait définir nos priorités et avant de choisir de faire quelque chose, on devrait se demander si le projet en question fait partie de nos priorités du moment - autrement dit : avant de choisir de consacrer de notre précieux temps à quelque chose, on doit savoir s'il s'agit d'une priorité ou non. Cependant, il ne faut pas se mentir - si on commence à penser que tout est prioritaire - c’est que rien ne l’est vraiment !

C'est difficile puisque dans la société actuelle, la culture est aux obligations automatiques - si on ne dit pas activement non, on se retrouve à faire des tas de choses qu'on ne veut pas spécialement faire. La société actuelle est une société de 'oui' et le fait de dire 'non' est assez mal vu. Donc, on se laisse faire et on n'ose pas prendre le droit de définir ce qui nous importe vraiment.

Alors si vous êtes dans le cas où vous vous dites 'je suis déçu de mes progrès vocaux' demandez-vous si vous en avez fait une priorité - si non, posez-vous la question 'est-ce que c'est réellement prioritaire pour moi en ce moment' si non, arrêtez de vous juger si sévèrement et arrêtez d'être déçu, pour le moment vous avez d’autres priorités plus importantes - par contre si vous en concluez qu'il s'agit effectivement de quelque chose qui vous est prioritaire - alors cherchez dans votre agenda le(s) truc(s) non-prioritaire qui vous bouffe du temps et virez-le(s).

Rappellons-nous - si on ne définit pas nous même nos priorités - quelqu’un d’autre le fera pour nous...

Chantez bien !

Allan